dimanche, avril 21, 2019

«La Communauté: Le vrai temple de Dieu»

Il n’y a plus le temple : le vrai temple de Dieu ce n’est même pas la basilique Saint Pierre, c’est le Corps du Christ et nous sommes les pierres vivantes de ce temple. Ce n’est pas seulement nous qui sommes le temple mais nous tous lorsque nous sommes ensemble, car nous tous, nous formons le Christ. Voilà le vrai temple. La Communauté est le temple de Dieu : nous n’avons pas besoin de construire des églises parce que la Communauté est vivante. Notre Communauté est le temple de Dieu si elle est le Corps du Christ. Le dernier temple est précisément celui qu’Il a créé lorsqu’Il nous a assumés comme Son Corps. C’est cela le temple non fabriqué car fait par l’Esprit Saint. Tout comme le Corps du Christ dans le sein de Marie fut œuvre de l’Esprit Saint, de même, le Corps Mystique – temple de Dieu également – est aussi, œuvre de l’Esprit Saint. Nous sommes « un » non pas parce que nous nous aimons mais parce que l’Esprit Saint nous fonde dans une même vie, il nous donne l’unité qui est propre au Corps du Christ.

Et ce temple qu’est la Communauté est infiniment plus beau que la basilique Saint Pierre ou n’importe quelle autre église. La Communauté : quel merveilleux temple dans lequel Dieu habite, duquel s’élève la louange à Dieu, dans lequel Dieu est présent ! Présent dans l’humilité mais réellement présent, parce que c’est Lui qui nous donne l’unité. Les églises construites par les hommes sont mortes mais moi je suis vivant ! Je ne suis pas uniquement vivant d’une vie humaine : en moi, en nous tous, vit Dieu dans la mesure où nous sommes unis. Rappelons-le : nous ne sommes pas individuellement vivants, nous sommes vivants lorsque nous sommes tous animés par l’unique Esprit. Si je coupe l’un de mes doigts, ce doigt là ne vit plus ; il ne vit que s’il reste uni à son corps. Nous ne vivons que dans la mesure où nous formons un seul corps. La vie n’est plus notre vie individuelle : c’est la vie de l’Esprit, c’est la vie du Christ. Voilà le Temple de Dieu.

(…) L’importance de la Communauté est exceptionnelle mes chers frères ! Nous ne nous en rendons pas compte. Vivre notre vie individuelle, indépendamment de la Communauté veut dire être des païens car cela veut dire n’avoir pas reçu l’Esprit. Beaucoup de personnes me demandent : « ne peut-on pas vivre la spiritualité de la Communauté sans en faire partie ? ». C’est un blasphème ! Le temple de Dieu est l’unité de toutes ces pierres vivantes, unité créée par l’Esprit Saint qui nous unit. La Communauté est condition pour la vie chrétienne : l’Eglise est, sans l’ombre d’un doute, communauté mais l’Eglise se fait présente – nous le savons depuis le Concile Œcuménique Vatican II – partout où l’on célèbre la liturgie. Nous célébrons toujours une liturgie, notre vie est une vie de louange. Ne prions-nous pas en faisant l’Office ? Ne prions-nous pas en lisant l’Ecriture Sainte ? Toute notre vie n’est-elle pas ordonnée à la prière ? N’est-ce pas de la prière que notre vie trouve son point d’appui, son centre, son cœur ? Il est alors clair que nous sommes véritablement une assemblée liturgique unie par l’Esprit Saint. Partout où nous sommes, la louange jaillit de nous, unique, vers Dieu. C’est cela la Communauté.

Il est vrai que pour atteindre cette unité de louange, nous avons besoin de lois, de structures et même d’élections mais tout ceci vise l’assemblée liturgique. Nous vivons pour vivre, dès maintenant, en anticipation eschatologique mais réellement ce que vivent les saints du ciel et qui constitue le contenu de la vie chrétienne : la louange de Dieu. Parce que la louange est aussi vie, l’être même du Fils, du Verbe de Dieu et nous sommes un avec le Verbe, un avec le Fils de Dieu, par opération du Saint Esprit. Même lorsque nous sommes loin, nous vivons une seule vie, nous vivons la louange de Dieu : nous la vivons en vivant notre vie chrétienne, l’engagement de l’exercice de la vertu. C’est cela la louange divine. Lorsque par exemple Ignace recevait les gens qui venaient lui parler, lui demander quelque chose, il célébrait une liturgie : il exerçait la vertu de la patience, écoutait avec amour, célébrait vraiment une liturgie de louange qui est vécue par nous tous, à laquelle nous tous participons. Toute notre vie est toujours louange de Dieu. C’est cela la Communauté, c’est cela le temple dont Saint Etienne a dit qu’il remplace le temple de Jérusalem (cf. Actes 7, 48). Ce n’est pas qu’il est contre le temple de Jérusalem mais la vérité du temple de Jérusalem c’est l’Eglise de Dieu et c’est nous.

Exercices spirituels à Greccio, août 1970